Articles Acquisition de nouvelles expertises pour le développement et l’intégration d’une filière de recyclage de piles régionale

Grâce à un financement conjoint de 3,9 M$ des gouvernements du Canada et du Québec, le Centre national en électrochimie et en technologies environnementales (CNETE), centre collégial de transfert de technologie du Collège Shawinigan, développera pendant 5 ans un nouveau créneau de recherche appliquée. L’acquisition de nouvelles expertises et de nouveaux équipements de recherche et développement permettra le développement et l’intégration d’une filière de recyclage de piles régionales. Ce projet, d’une valeur totale de 6,34 M$, sera réalisé en partenariat avec plusieurs organismes, dont les compagnies Nemaska Lithium et Société Laurentide et devrait mener à la mise en place d’usines de recyclage de différents types de piles dans la Ville de Shawinigan.

Le CNETE collabore avec Société Laurentide et Nemaska Lithium pour le développement de produits de chimie verte, la valorisation de peintures résiduelles et la production d’hydroxyde de lithium. Ces collaborations ont eu d’importantes retombées sur la région, par exemple l’installation de l’usine de production de Nemaska à Shawinigan. Société Laurentide collecte et trie les batteries usées dans la province de Québec et prévoit recycler tout d’abord les batteries alcalines et se préparer pour celles au lithium.

Une synergie industrielle entre Nemaska et Société Laurentide est prévue à long terme, permettant à Nemaska d’exploiter le gisement de lithium des batteries usagées. Cette collaboration permettra l’établissement d’une filière énergétique de haute technologie et la consolidation de la capacité régionale de R&D et d’innovation ; facteurs déterminants pour l’attraction d’autres entreprises dans la région.

Le projet est divisé en trois volets, le conditionnement mécanique pour chaque groupe de batteries (alcalines et Li-ion), l’extraction et raffinage des métaux et la purification des solutions riches en lithium.

Pour le CNETE, ce projet permettra l’intégration et la mise à profit de ses expertises existantes (chimie verte, électrochimie et électro-membranaire) pour le propulser vers le développement d’une nouvelle expertise industrielle, versatile et applicable à d’autres projets (extraction de métaux et terres rares de résidus industriels tels que de scories, cendres, boues, lampes, etc.).

Pour les partenaires industriels, il s’agit d’une opportunité exceptionnelle de bénéficier d’une synergie des compétences scientifiques afin de développer de nouveaux procédés dans un créneau en pleine expansion.